samedi 17 juillet 2021

LAISSES

 

Je suis invitée par Yveline Méhat, conteuse, poète, artiste à exposer 15 jours dans son atelier de Kérity Penmarc'h. 

L'atelier est propice aux présentations intimistes.







mardi 4 mai 2021

Galerie l'antre temps

Exposition en mai et juin 2021







 



mercredi 3 mars 2021

LAISSE

  Exposition Galerie Le Rayon Vert à Nantes



"Laisse" : C'est d'abord la laisse de pleine mer qui désigne ce niveau de l'estran où la mer abandonne les objets et matières dérivantes. Viennent ensuite mes laisses d'atelier qui sont les livres que je fabrique actuellement avec les restes des travaux précédents. 

C'est aussi le lâcher prise nécessaire à toute création et aussi à toute contemplation. Devant une oeuvre une oeuvre d'art laisse venir les idées, les émotions.

Laisse toi faire, laisse les dire ....

                  laisse moi exposer ?




Malheureusement les portes de la galerie restent fermées au public. Pas question, donc de venir la découvrir tranquille en famille le week end.
CEPENDANT il est possible de la visiter en tant que professionnel sur RV ici :
je viendrai une fois par semaine dans ce cadre là pour une rencontre autour de l'exposition.







La salle des algues




















La salle des nuits









La petite salle des bleus












la salle des Horizons


















samedi 12 septembre 2020

HORIZONS

Exposition à l'orangerie du Thabor

en duo avec Bénédicte Klène

Du 15 au 27 septembre

tous les jours de 15h à 19h











Les lignes d'Horizons Brodées.

Tous les jours une ligne.
Travail d'observation démarré pendant la résidence au sémaphore du Créac'h en 2019.
Fascinée par la présence de cette ligne d'horizon qui barre l'espace en deux, je cherche chaque jour à saisir cette ligne avec du fil et des points de broderie.
ligne qui en réalité n'existe pas. imaginaire mais perceptible, quoique mouvante, immatérielle ... Je détermine son épaisseur, ses couleurs, sa netteté, son rythme, ses disparitions, son énergie. Je pense à Pierette Bloch.
La ligne d'Horizon c'est le premier objet de repère du dessinateur en perspective cherchant la logique de sa place dans l'espace du monde.
Venir à Ouessant pour créer, face au large et aux cieux qui défilent c'est ça. C'est prendre du recul, se positionner géographiquement devant l'univers.

Un an plus tard, pendant le confinement, je reprendrai cette série de lignes face au large mais devant mon ordinateur, grâce aux web cam du monde entier.
évasion rituelle et virtuelle vers un ailleurs interdit.
Et bien des questions.
Quels horizons pour demain ?







Cyanotypie

Je me sers de cette technique de photographie ancienne pour peindre directement au soleil avec la solution photosensible. C'est le soleil qui fait l'image.
Pour un régal de bleus. la mer à perte de vue à observer de jours comme de nuits ravive en moi des souvenirs de navigation.
Je cherche à retrouver les émotions du voyage en mer, les nuits, les lueurs.
Patience et infini, comme dans l'ouvre de Geneviève Asse fascinée comme moi par ces bleus liquides et aériens, ou profonds comme les abysses.
Pour cette exposition je fais le lien avec les cyanotypes et les lignes brodées en réalisant ces photogrammes.




















mercredi 1 juillet 2020

OUESSANT !


En juin 2019 l’association Enki (organisatrice du festival « carnets d’ici et ailleurs » à Brest) m’envoie avec Raphaël Auvray en résidence à Ouessant. 

Un mois au bout du monde, logés au sémaphore, avec pour atelier la salle de veille. Sous les cieux qui défilent, face à cette ligne d’horizon qui barre l’espace en deux, juste au-dessus des rivages déchiquetés …

Il s’agit alors de confronter nos pratiques à la puissance du paysage.

Photographies, dessins, broderies, carnets, herbiers, et livres d’artistes …

Cette exposition est la restitution de cette résidence.

Se joignent à nous l’artiste Marion Zylberman de Penmarch qui a vécu deux fois cette résidence, Marianne Guillou sculpteur graveur de Saint Brieuc qui travaille sur l’abeille noire, espèce endémique à Ouessant et aussi Gwénaëlle Abolivier qui présentera son livre « Tu m’avais dit Ouessant » écrit pendant son séjour au Créac’h en 2015.

Maëlle de Coux

 




Ce sont les rayons successifs du phare sur des temps de pose très longs qui créent ces ambiances nocturnes surnaturelles. Raphaël Auvray


"Nuit des phares" Pastels de Marion Zylberman

A travers les vitres de la salle de veille du sémaphore, les traces de sel filtrent les images presque identiques prises à quelques secondes d'intervalles. Une série hors du temps qui évoque, le film, le reportage.
Raphaël explore le temps de la photographie, sa durée avec des temps de poses parfois très longs ou très rapides, ses répétitions.



"Les jetés d'algues" ou "Lancés d'algues" de Raphaël Auvray. Photographie performative. L'action du photographe dans le paysage.





Installation brute et précieuse de Marianne Guillou. Hommage à l'abeille noire d'Ouessant. "Pas sans toi ma reine"


"Les jardins marins" et "Les Rochers de la pointe de Pern" de Marion Zylberman

Sur la table présentation de notre "making of" et la petite édition parue chez "Artfolage".

"Algues brodées" Maëlle de Coux

Les Algues et différents débris sont ramassés dans les laisses de mer, cousus et brodés sur des feuillets de papier Lamali. Un papier souple, un peu mou, tramé comme du tissu. Les points de broderie arrivent de façon spontanée, joyeuse et musicale.


"Les lignes d'horizon" fils de coton brodés sur papier naturel. 28 jours, 28 lignes.


Gravures de Marianne Guillou (le N inversé) jardin marin de Marion Zylberman 
et "Colerettes d'algues" de Maëlle de Coux



jeudi 4 juin 2020

"Sur le fil"


Galerie l'Antre Temps"
45 rue  de la Parcheminerie à Rennes

Du 4 juin au 10 juillet

mardi et mercredi 11h 17h
jeudi 12h 18h
vendredi 12h 18h30
samedi 15h 18h30

Avec Isabelle Noury et Babette Le Gac



J'y expose mes "Horizons" brodés pendant le confinement

La ligne d’horizon est une invention.
C’est un repère imaginaire utilisé par les dessinateurs pour se placer comme observateurs de l’espace du monde. Je cherche à saisir cette ligne qui en réalité n’existe pas, son épaisseur, ses couleurs, sa netteté, son énergie, ses disparitions.
Avec du fil, point après point.
D’abord devant l’océan à Ouessant pendant ma résidence au Créac’h et puis cette année pendant le « confinement » en observant les horizons grâce aux Web Cam du monde entier.
C’est ce tour du monde virtuel en temps réel que je présente maintenant à l’Antre temps.