samedi 4 août 2018

Les Hommes-Oiseaux exposés en ligne


Sur le site de Corridor éléphant

http://www.corridorelephant.com/maelle-de-coux



lundi 23 juillet 2018

Les Hommes Oiseaux à Montolieu




Les Hommes Oiseaux se sont envolés vers le sud, à Montolieu, village du livre.

Librairie La Manufacture.






LIBRAIRIE LA MANUFACTURE 
3 rue du 8 mai 1945
11170 Montolieu
 Ouvert tous les jours de l'année de 10 h à 18 h
 Tél/Fax : 04 68 24 92 63librairie la manufacture montolieu


http://www.montolieu-livre.fr/

dimanche 22 juillet 2018

dimanche 10 juin 2018

"SUNNY MEMORIES"


Exposition personnelle galerie Bletterie dans le centre de La Rochelle

Du 1er au 16 juin 2018
Entrée libre
11 ter rue Bletterie
du mardi au samedi de 15h à 19h






Titre d'expo emprunté à cette couverture d'album de photos : "Sunny memories"
Ces images sont des souvenirs ensoleillés, solaires, souvenirs heureux, désignés comme tels.
La photographie a besoin de la lumière du soleil pour s'imprimer sur la pellicule.
Le photographe qui photographie sa famille et ses amis prend marque des souvenirs heureux, au soleil. J'en recueille les traces, les empreintes, qui vont matérialiser ces souvenirs de moments passés.





"La pluie et le beau temps"



Une sélection d'hommes- oiseaux accompagnent la série




Et les rameuses, des femmes qui rament, quelques hommes aussi.
Celui qui rame avance à la force des bras, contre ou avec le courant, en regardant vers le passé.
Et cela résume parfaitement ma façon de travailler.

lundi 14 mai 2018

3ème salon du livre d'artiste de La Rochelle

C'est du 1er au 3 juin
à l'ORATOIRE
6 rue Albert 1er à La Rochelle

J'y exposerai mes carnets romantiques.

Place aux sentiments, à la poésie du doute et des regrets.
Fragilité de la pensée, beauté de l'impermanence.
Fondre de plaisir et de mélancolie guidé par les grands maîtres du genre.































https://maelledecouxlivres.tumblr.com





mardi 8 mai 2018

Le reveil de l'éléphant

C'est le nom de la petite pièce qui sera restituée le 22 Mai à la suite des ateliers de danse menés par l'association Danse à tous les étages dans le cadre du projet DEPLACE. J'ai été sollicité pour assurer la captation visuelle du travail de Léa Rault et Arnaud Stephan. Un livret sera édité ainsi qu'un CD réalisé par le musicien Gaël Desbois.









toutes les images atelier par atelier
http://deplaces.blogspot.fr

vendredi 3 novembre 2017

FRAGILITE GARANTIE

J'ai le plaisir de proposer cette exposition dont je suis l'initiatrice

Ce qui nous réunit tous les trois, c’est cette fragilité éprouvée, assumée. Entre Marianne Guillou avec ses visages d’argiles, Ludovic de Valon, alchimiste des nuances de couleurs végétales, et moi, Maëlle de Coux et mes reliques du temps qui passe il y a une intime conviction, comme une loi qui régirait notre univers et nos rapports aux autres. Cette pensée du « Plus fragile que moi et je te protège » est la garantie du sensible, de l’émotion, de notre humanité, ou, simplement, de la poésie


      Le fil de l'eau, une barque, c'est une femme qui rame. Nouvelle série  "Les rameuses"
      Aller vers l'avenir tout en regardant le passé.







vendredi 13 octobre 2017

"OEUVRES VIVES" Galerie l'Antre Temps


Rue de la Parcheminerie à Rennes.
DU 11 AU 22 Octobre 2017, l’Antre temps fête ses 10 ans, en invitant 10 artistes emblématiques de la galerie.
10 artistes donc, qui présenteront une oeuvre sur le thème de la Vitalité.
(notions associées: force de vie, création, sève, vivacité, dynamisme, espace vital, organe vital...)
10 artistes qui font partie des "oeuvres-vives" * de l'Antre temps.

* les oeuvres-vives d'un navire sont les parties immergées de la coque, elles sont considérées comme vives car elles contribuent à la bonne marche du bateau et à sa pérennité. 

A cette occasion j'expose une partie de mon éphéméride.










Pauline BÉTIN (Betton, 35) Sculpture en verre
Cécile BORNE (Douarnenez, 29) Tissus mémoire
Lucy BOUREAU (Auray, 56) Sculpture, bronze et terre
Guillaume CASTEL (Pays de Morlaix, 29) Sculpture en laiton 
Agathe HALAIS (Rennes, 35) Maison de poupée
Laure MISSIR (Rennes, 35) Broderie
Céline RANGER (Clisson, 44) Pinpin, art singulier 
Emmanuelle TONIN (Rennes, 35) Oeuvre papier
Bénédicte VALLET (Guémené-Penfao, 44) Céramique 



L'atelier-galerie de Constance Villeroy, niché dans une cour du centre-ville, propose des expositions collectives, le plus souvent en trios, privilégiant le travail des matières, la sensibilité et la singularité.
Lieu foisonnant où se mêlent l'art contemporain, les arts- plastiques et les métiers d'art.

Le rythme des expos est de 6 expos en moyenne par an, incluant « l’expo de Lëon» , un marché de créateurs qui se tient les 15 jours avant Noël.



TEMPS FORTS:
• Vernissage samedi 14 Octobre à 19h.
• Ouverture exceptionnelle les
dimanche 15 et 22 Octobre
de 15h à 18h, Goûter et surprises.
• Dimanche 15 Octobre à 11h30, récit conté par
Cécile Borne (1h):
LE K-WAY D'EMMANUEL
«J'ai ramassé un beau jour, un 1er avril – belle pêche – un vêtement perdu,

échoué sur le rivage, dans une crique aux abords de Douarnenez . Ce kway , marqué d'un nom, est le début d'une histoire étonnante où se croisent les sphères de l'intime et de la grande Histoire» 


Texte de l'auteure Cézembre sur l'Ephéméride :


EPHEMERIDE « Le temps qui passe, le temps qu'il fait »
Le travail de Maëlle s'inscrit invariablement dans le temps, la mémoire du temps à travers les traces qu'il a laissées, qu'il s'agisse de documents, de photos ou d'objets mêmes. Dans son « éphéméride mensuelle » elle franchit un pas supplémentaire en sautant une étape, celle du passage par ces « preuves » du passé. Ici, en effet, nulle photo, nulle lettre. Le temps laisse directement sa trace sur le support qu'elle a choisi. C'est le temps qui passe et le temps qu'il fait, qui laissent leur empreinte cette fois-ci, une empreinte commune.
L'idée a la simplicité des vraies bonnes idées. Le savoir faire de Maëlle mérite d'être détaillé car il est autant inspiré que l'est, le résultat final. Elle commence, comme à son habitude, par bien choisir son papier, là un papier indien, Lamali, épais et solide, qu'elle dépose sur une table dans son jardin. Elle le recouvre ensuite d'un textile. Il peut s'agir de dentelles, de napperons, d'un vêtement de bébé, d'un morceau de nappe, des matières qui ont l'avantage d'être ajourées. Puis elle saupoudre le tout de pigments purs. Le temps, dans les deux sens du terme, fera alors son œuvre. La pluie diffusera le pigment en imprimant en même temps le textile. Des accidents pourront survenir, telle la trace d'un escargot, le jeu du vent sur la surface ou des variations de température car le dispositif restera un mois entier à la merci des éléments. Chaque mois a ainsi sa feuille qui est nommée précisément. Les feuilles sont au fur et à mesure reliées entre elles ce qui constitue une forme d'éphéméride mensuelle.
Pour la première fois Maëlle introduit la nature vivante dans son travail mais elle le fait avec une certaine maîtrise du procédé. Les couleurs ne sont pas choisies au hasard, ni les motifs des textiles. Quant au papier, il est adopté justement pour sa grande résistance. Le résultat est surprenant et très évocateur du temps qui passe dans des compositions parfois évanescentes ou très prégnantes. La palette suggère la salissure de la nature. Le temps s'y lit sans détours. On sent que Maëlle s'est libérée de la contrainte de la trace écrite pour arriver à une forme d'épure où les signes ne renvoient qu'à eux-mêmes. Elle cherche à exprimer le passage du temps et y parvient. Cette œuvre qui n'aura peut-être pas de fin reste, malgré tout, une œuvre « assistée » ; la participation de l'artiste reste décisive. Mais peut-être qu'à l'avenir Maëlle ira plus loin dans le lâcher-prise et limitera encore plus son intervention dans le processus. 

samedi 30 septembre 2017

Galerie Courcelles art contemporain


Véronique Adraï réunit pour cette exposition de rentrée 8 photographes, ses coups de coeur.

Une sélection de mes Hommes Oiseaux y est exposée.

Ce "Cormorhomme à la chaise" dont ce sera le tout dernier exemplaire.

On sent une force et un calme serein dans cette image d'un homme en contemplation.
Paysage des (g)rêves, à marée basse.
L'élégance de cet homme.
Une pointe d'humour aussi, avec une pensée pour les films burlesques, comment il a fallu caler les pieds de la chaise sur les cailloux. Pour rien au monde il ne se serait installé sur les galets.

Le cormoran est un oiseau pêcheur, plongeur, plutôt élégant, noir brillant, au long cou, qui reste longtemps à se faire sécher les plumes en contemplant la mer.



Quelques nouvelles images aussi, en petits formats.
Dont ce "Macarolino" dans lequel je me suis tout de suite identifiée.



Mon coup de coeur à moi va au photographe Vincent Descotil http://www.vincentdescotils.com/fr/accueil.html
et ses tirages au charbon

Exposition jusqu'au 25 novembre 2017
110 Bd de Courcelles
75017 Paris
du mardi au samedi de 12h à 18h30

vendredi 2 juin 2017

La Galerie Le Rayon Vert expose les Hommes - Oiseaux


Exposition collective sur le thème Oiseaux.
Galerie Le Rayon vert à Nantes.









LES HOMMES OISEAUX
Maëlle de Coux

Chacun de nous transporte avec lui dans son esprit un grand muséum fait d’images, de connaissances et de souvenirs plus ou moins accessibles.
Au fil des années j’ai travaillé différentes séries, élaborant pour chacune la technique la plus appropriée, jouant du doute sur le médium, en mêlant photographies, dessins et peintures.
Se mêlent alors bêtes, plantes et humains pour une réappropriation fantasmagorique.
La série des Hommes-Oiseaux marie ma collection de photographies de famille d’anonymes à mes photographies d’oiseaux naturalisés des muséums dans lesquels j’ai exposé.
Les montages sont imprimés à l’encre sur des papiers orientaux naturels très fins utilisés traditionnellement pour la calligraphie. La photographie devient ainsi dessin.
Ces images portent en elles l'humanité des photographes anonymes qui
les ont prises. Elles évoquent toute l'émotion de moments de bonheurs reconnus comme tels.
J'ai gardé précieusement toutes les traces des maladresses des photographes amateurs, ainsi que celle des usures du temps sur les négatifs ou les tirages.
Le fait de mettre une tête d'oiseau aux personnages porte l'image vers un imaginaire, hors du temps. L'oiseau symbolise la liberté de la pensée poétique de l'artiste. L'image anecdotique glisse vers une image fantasmée, rêvée.