samedi 5 novembre 2016

LES HOMMES OISEAUX au salon Fotofever Paris 2016


Stand 414 Carrousel du Louvre
Galerie Courcelles Art Contemporain









Et, en avant première le texte de Cézembre sur cette série, extraite de notre livre en projet "Les arrachées"


Les Hommes-Oiseaux de Maëlle de Coux sont d'une grande poésie et sont une création à part entière. Ils ont connu et connaissent toujours un franc succès. Leur pose, qui peut être altière, en impose, dans un cadre bien choisi. Ils dégagent autant de noblesse que leur créatrice, avec leur long cou qui leur donne un côté hautain mais d'une grande élégance, en adéquation avec une posture, un geste. Ils regardent au- delà de nous, vers un ailleurs, qui, curieusement n'appartient ni au monde des vivants, ni à celui des morts. Il s'agit d'un monde intemporel qui est tout bâti de rêveries, lesquelles se déploient dans un vaste espace, souvent marin car Maëlle aime à isoler parfois ces figures pour leur donner plus d'ampleur.
Cet univers est bien propre à Maëlle qui aime s'adresser aux vivants en interprétant celui des disparus et des morts comme elle l'avait fait précédemment avec Le Marin et Marcel Pithois. Son travail, à son habitude, a quelque chose d'une trame dans son déploiement. Mais qu'on ne s'y trompe, à ses yeux ces hommes et ces oiseaux sont bien vivants ! Ainsi Maëlle ne ressent-elle pas du tout la mélancolie profonde qui se dégage de certains de ses Hommes-Oiseaux. Pour elle, l'oiseau est une figure surréaliste porteuse d'imaginaire, voilà tout.
Si le thème de l'Homme-Oiseau a déjà été traité, Maëlle apporte néanmoins sa singularité d'artiste, tant dans sa démarche artistique que son approche humaine du thème. Elle porte ainsi un très grand soin à chacune de ses réalisations, ce qui lui est habituel. Sa démarche est toujours la même : elle part d'une des photos de sa collection ( anciennes photos trouvées) qu'elle choisit en fonction du cadre et de la posture d'un ou de personnages. Elle privilégie ainsi les poses apprêtées qui trouvent leur pendant dans la raideur naturelle des volatiles à l'arrêt. Puis, Maëlle prend son temps, se rend dans un de ses Muséums favoris pour trouver « Le » bon oiseau dont la tête se greffera au corps du personnage. Elle photographiera alors la tête de l'oiseau à l'argentique, en veillant à ce que le lien se fasse le mieux possible avant un traitement numérique de l'image finale. Elle poussera l'application

jusqu'à faire imprimer en grand, en noir et blanc, ces photomontages sur des papiers naturels orientaux, précieux et fragiles, des papiers réservés habituellement à la calligraphie et qui, dit-elle « aiment l'encre ». On ne peut ainsi faire l'économie de décrire les étapes d'élaboration du travail de Maëlle car la beauté du résultat final tient beaucoup de son mode et de ses techniques de création.
Ces êtres hybrides sont touchants, non seulement parce qu'ils ne sont ni hommes ni oiseaux mais parce qu'ils appartiennent, malgré les apparences, à un monde non humain qui les fragilise, parce qu'on sent qu'ils ne sont ici pas complètement à leur place.
Les Hommes-Oiseaux ne regardent pas, en vérité, ou plutôt leur regard est intérieur et lointain. Leurs yeux brillent anormalement car ce sont des yeux d'oiseaux morts, fixes et faussement expressifs. Ils sont naturalisés des pieds à la tête car leur corps n'appartient plus à personne. L'homme a en effet perdu sa tête qui faisait son identité et son humanité. La tête de l'oiseau comme le corps de l'homme sont comme orphelins d'eux-mêmes, d'où le sentiment de perte que l'on ressent en contemplant les Hommes-Oiseaux. Ainsi naissent-ils dans toute leur étrangeté d'êtres amputés, ni animal, ni humain. Ils peuvent être hautains, inquiétants, attendrissants, surprenants et même drôles. Ils peuvent aussi susciter la mélancolie, d'êtres absents à eux- mêmes. Tout dépend de la mise en scène, des jeux sur les fondus de flou ou au contraire d'extrême netteté et enfin, de la posture de ces êtres hybrides. A quoi rêvent les Hommes-Oiseaux ? Car ils rêvent, c'est entendu. Et bien, ils rêvent de choses inimaginables, pour nous qui n'appartenons pas à leur monde parce que, pour ce faire, il faudrait trouver ce qu'il y a à la fois de commun et de différent entre un homme et un oiseau. L'oiseau semble ne pas avoir fait son deuil de son désir de voler tandis que l'homme y a renoncé depuis toujours. L'homme a-t-il cessé de penser depuis qu'on lui a greffé une tête d'oiseau lequel, comme chacun sait, n'a que de vagues ou de nécessaires pensées ? Nous voudrions pénétrer les songes de ces Hommes- Oiseaux, mais ils nous résistent et c'est là où la poésie s'installe. Nous reste le manque, le manque de l'humain et de l'animal, un manque que Maëlle de Coux assume et qui est son choix en même temps que son inconscient d'artiste car la relation à l'humain est une complexité pour elle comme pour nous.
Encore aujourd'hui Maëlle continue régulièrement à réaliser des photomontages d'Homme-Oiseaux, lesquels sont devenus un peu son estampille et connaissent un franc succès auprès des amateurs. Elle introduit peu à peu des scènes à plusieurs personnages, ce qui est un nouveau défi pour elle. Mais elle est bien la dernière à avoir peur des défis . Et on est bien heureux de voir son monde se peupler peu à peu. 

mardi 6 septembre 2016

JARDINS INTERIEURS


Six Adventices seront présentés Galerie du Génie
126 rue de Charonne pour l'exposition du Génie des jardins

Si mon travail voit une partie de sa conception en extérieur c'est en intérieur qu'il se présente.

Cette année le thème est "Accueillir"

« Six Adventices »

Adventice est un terme botanique désignant une plante étrangère à la culture attendue.
Invasives, herbes folles, mauvaises herbes ? pas toujours.
En botanique comme ailleurs le mauvais n’est pas toujours celui que l’on croit.
Question de point de vue, d’intérêt d’idéologie, et aussi de niveau de connaissance des influences des uns sur les autres. Il y a les plantes que l’on installe et celles que l’on chasse et qui vont tenter de réinvestir les lieux. La plante introduite par le jardinier peut s’avérer plus envahissante que prévu.
Pas de culture pas d’adventices, seulement la loi de la nature.
Les accepter c’est accepter ce qui vient naturellement de l’extérieur.
Dis moi comment tu jardines,
Et je saurai comment tu accueilles.


   





126, rue de Charonne
LD : 06 26 57 28 36


Suivez-nous aussi sur Facebook




jeudi 2 juin 2016

1er SALON DU LIVRE OBJET D'ART de LA ROCHELLE



Tout nouveau salon du livre objet d'art de La Rochelle
du 29 avril au 1er mai 2016
Cloitre des Ursulines
4 rue Dupaty

entrée libre
de 11h à 13h et de 15h à 18h30






























A VOUS DE JOUER


Galerie AVV 
à Saint Mathurin sur Loire
au sud d'Angers.
Comme son nom l’indique, À VOUS DE JOUER n’est pas qu’une exposition à regarder, mais une expérience unique mêlant Art et Jeu ! Crayons téléguidés, clavier vidéo, photos tactiles, collages magnétiques, mécaniques de papier… On vous attend nombreux samedi prochain pour découvrir et prendre part au jeu !
Ouvert les week-ends du 4 juin au 28 août 2016, de 10h30 à 12h30 et de 15h à 18h30. En semaine sur rendez-vous.

J'y présente le TRONCON N° 3 : "HÊTRES"






DES COLLAGES MAGNETIQUES



UN LOTO

jeudi 24 mars 2016

Le Génie du Dessin


"Tronçons"

Ensemble de 12 dessins au fusain sur papier japonais. 24x32 cm.
Cet enchevêtrement de branches doit pouvoir se rassembler pour former un arbre.

Chaque image est indépendante et forme un tout.

L'apparente confusion du détail est en fait un organisme vivant et puissant.

Le tronçonnage est irrémédiable, jamais je ne pourrai reconstruire l'arbre initial.


Exposition collective avec les artistes du Génie de la Bastille.
Galerie du Génie.
126 rue de Charonne.

















vendredi 19 février 2016

L'Art au Carré



Exposition à but caritatif.
Chateau de Saint jean le Blanc près d'Angers.
Expo ouverte en semaine de 15h à 19h
le WE de 10h à 19h
Je répond volontiers présente à ces sollicitations, ici pour financer une association qui travaille pour l'école à l'hopital. (Dommage qu'on ai besoin d'associations pour ça ....)
Le prix des oeuvres est très attractif, et une part est versée à l'association, l'autre à l'artiste.
(on peut se demander aussi qui aide qui)
En tout cas bravo aux bénévoles qui oeuvrent à tout cela.
http://www.lartocontemporain.blogspot.com
L'ÉCOLE À L'HOPITAL : http://www.ehl45.free.fr








Pour cette exposition, des formats carrés prédéfinis sont imposés. Bel exercice.
J'ai expérimenté un travail de collage avec des papier très fins, des voiles translucides qui laissent paraître l'image du dessous de façon aléatoire. La petite Rosita est revenue habiter ces compositions.







dimanche 17 janvier 2016

SUNNY MEMORIES rue de Charonne



Exposition 35 rue de Charonne 
75011 Paris
dans le magasin du designer Jean Pierre Barbance
Jusqu'au 1er Mars 

Sunny Memories est un titre emprunté à la couverture d'un ancien album de photos de famille dont les images, mal fixées devenaient à peine perceptibles.
Recouvert par la brume de l'oubli et du temps les personnages piochés dans les albums de famille de la série les "hommes oiseaux" côtoient les empreintes de napperons et leurs motifs répétitifs inscrits dans le papier par les aléas des intempéries.














Jean-Pierre Barbance | Design de mobiliers et luminaires

Maëlle de Coux — SUNNY MEMORIES

mercredi 16 décembre 2015

100 cm2


Etonnante exposition à laquelle j'ai contribué
100cm2 à Sarlat et Carla Bayle
chaque artiste invité à s'exprimer sur des formats 10X10.
Un vrai exercice !





Le résultat: une mozaique 




vendredi 4 décembre 2015

110 Boulevard de Courcelles


Exposition collective de photographes
jusqu'au 16 janvier Boulevard de Courcelles Paris 17ème

J'y présente quelques uns de mes Hommes - Oiseaux